Les stands des artistes

Retour en images sur les stands des artistes 2017.

Merci aux bénévoles !

Une vie de bénévoles ensemble.

Le Marché d’Art est une machine bien huilée où chaque bénévole connaît ses missions.

C’est à partir de janvier que les réunions de bénévoles s’enchaînent avec son lot de rendez-vous extérieurs, de présentations (et oui faut bien trouver des subventions).

A la mairie, à la cantine ou à la friche (c’est la caverne d’Ali Baba où l’on stocke tout le matériel), les bénévoles se retrouvent pour échanger, vérifier l’état du matériel, répertorier, compter, obtenir l’accord des proprio de M. l’Abbé, de M. le Maire pour les lieux d’exposition…

J-50 : ça commence à s’agiter sur le site pour les actualisations et on lance la com sur Facebook et le blog. Flyer et affiches sont distribués.

J-30 : les panneaux au bord des routes sont posés, la com sur le net est renforcée.

La logistique est confiée à une équipe experte solide et efficace, qui à J-5, commence le dispatching du matériel et le montage des tentes.

J-1 : une horde de bénévoles s’affaire dans le village : équipe montage, équipe nettoyage, équipe cuisine, équipe parking, équipe rubalise… équipe y’a toujours un truc de pas prévu…

H-2 : l’équipe de l’accueil se met en place

H-1 : briefing des jeunes des parkings (un grand bravo à eux ! )

et pendant 2 jours, les bénévoles déambulent (courent) dans les rues et ruelles, jouent de la musique, font attention à des détails qui n’en sont pas (y’a plus de papiers toilettes… les poubelles sont à vider, mais qui a la clé de ce local ? ), répondent aux demandes des artistes, aux questions des visiteurs (et parfois se font rouspéter…).

Bref, parfois des pauses s’imposent ! On se repose, on prend des forces, on fait la fête, on est ENSEMBLE (l’association du Marché d’Art s’appelle : La Perrière tous ensemble).

Le Marché d’Art ferme ses portes le lundi à 18h, les bénévoles terminent de tout ranger le mercredi soir. Le week-end suivant, un gros debriefing est organisé pour échanger, proposer des solutions pour offrir un Marché d’Art encore plus convivial et singulier pour l’année prochaine.

Merci aux bénévoles et aux habitants !

 

 

 

Les artistes récompensés 2017

3 artistes gagnants de cette 21ème édition :

Un jury composé d’amateurs éclairés, d’artistes et de professionnels de l’art attribue le « Coup de Coeur du Marché d’Art ». L’artiste retenu recevra un prix d’une valeur de 750 € doté par GAN et l’Association La Perrière Tous Ensemble. Coup de Coeur du Marché d’Art : MORIO. En savoir plus sur l’artiste : ici. 

Le prix Dalbe spécial est attribué à un artiste remarqué par notre jury : un bon d’achat d’une valeur de 300 €. Prix Dalbe : Marie-France de LAMARE. En savoir plus sur l’artiste : ici. 

La Société Lefranc Bourgeois offre du matériel d’une valeur de 250 € pour doter le prix du Public. Celui-ci vote grâce au bulletin figurant au dos du plan du village situant tous les artistes participants et distribué à l’arrivée des visiteurs sur les parkings et à disposition à l’accueil. Prix du Public : Dieudonné FOKOU.

IMG_2833

Dieudonné FOKOU, prix du Public 2017

 

Goury

Goury est un architecte qui a fait toute sa vie professionnelle dans le milieu du théâtre comme décorateur et comme costumier. Maintenant résident à La Perrière, il décide d’ouvrir enfin les cartons De toutes ces images qu’il n’a cessé de fabriquer durant toutes ces années sans jamais les montrer. Il s’agit pour l’essentiel de dessins colorés et d’assemblages protéiformes.

Yvan Peeters

« Comme divers plasticiens, j’ai eu l’opportunité de travailler en collaboration avec Yvan Peeters. Tout en disant ne pas pas désirer posséder un discours face à son travail, celui-ci ne donne pas seulement une vie différente aux éléments photographiés par sa compréhension de la lumière, de l’espace englobant l’oeuvre et son entourage. Tout en subtilité, entre détournement matériel au profit d’un espace émotionnel, la mise en place des nuances de volume et les variations lumineuses sont abouties.
Dans ses séries on pourra aisément retrouver sa recherche constante de l’intime dans les traces, les « restes d’effacement », les espaces personnels, les géométries.
Ainsi Yvan Peeters est pour moi le photographe d’une forme de matérialité de l’intime. »