Reyol Enjoy

Parlons de la définition de l’autodidacte : qui s’instruit lui-même, sans maître. Cela correspond très bien à mon parcours. Apprendre seul, se construire tout en cultivant l’apport des autres. De formation scientifique (pharmacien) et managériale (MBA), rien ne me prédestinait à évoluer dans le milieu de la création artistique. Sauf la passion de l’idée. 
 
Steinbeck disait « L’esprit libre et curieux de l’homme est ce qui a le plus de prix au monde. » A nouveau une bonne définition pour moi : être passionné de musique rock et electro, ne jamais copier, rester humble, être subjugué par la beauté d’une femme, d’une œuvre, le travail d’un autre artiste et toujours prendre du plaisir dans tout. Pour essayer d’avoir l’esprit ouvert, libre. Nourrir celui-ci.
 
 
Depuis 6 ans, j’ai décidé que l’idée était plus forte que la technique, L’idée ne s’apprend pas. Il faut la cultiver, la faire émerger. Quand elle est là, on peut commencer le travail effectif. Générant un flot ininterrompu de toiles, à thèmes désordonnés pendant les premières années, toujours à base de mots, de textes, pour réussir à définir de grands thèmes de recherche. Le premier d’entre eux est le fil de la pensée : un mot, une phrase suscite une réaction, une question. En tout cas quelque chose de complémentaire.
Le deuxième thème est lié aux arts primitifs, les racines de l’homme : africain, aborigène, préhistorique, égyptien ou mystérieuse comme les statues de l’ile de Pâques. Dans chacune de ces civilisations, on trouve une vraie source de beauté simple et puissante.
Le troisième thème sous-tend l’ensemble : le plaisir sous toutes ses formes, le plaisir de peindre, de chercher, de créer, de partager.
 
Un jour, une jeune femme chez moi, regardant une toile qui n’était même finie, me dit « je la veux cette toile, c’est exactement ce qui se passe dans ma tête ». Etrange mais finalement très proche de mon souhait profond : créer une émotion, faire réfléchir, donner l’impression qu’une toile a été faite pour une seule personne. Je lui ai donné cette toile après avoir ajouté une phrase dessus « Les gens ne se rendent compte de ce qu’ils ont, que quand ils le perdent – Paulo Coehlo »
Plus d’infos: www.reyolenjoy.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s